Collectif Bad en Seine


< | >

Lettre aux licenciés

Publié le 19 mars 2021 par

Chère licenciée, cher licencié, Voilà bientôt un an que le badminton est à l’agonie face à une crise qui impacte tous les champs du quotidien : vos interactions amicales et familiales, votre hygiène de vie, votre vie professionnelle, votre bien-être. Nous aurions tort de réduire le badminton à une simple pratique de divertissement. Si le sport est considéré comme non essentiel aujourd’hui par les décideurs publics, c’est parce que nous avons échoué collectivement à démontrer ses bienfaits multiples et divers : sociaux, éducatifs, sanitaires, économiques, …

Lettre aux licenciés

Chère licenciée, cher licencié,

Voilà bientôt un an que le badminton est à l’agonie face à une crise qui impacte tous les champs du quotidien : vos interactions amicales et familiales, votre hygiène de vie, votre vie professionnelle, votre bien-être. Nous aurions tort de réduire le badminton à une simple pratique de divertissement. Si le sport est considéré comme non essentiel aujourd’hui par les décideurs publics, c’est parce que nous avons échoué collectivement à démontrer ses bienfaits multiples et divers : sociaux, éducatifs, sanitaires, économiques, …

Le monde associatif est un pilier de la République française. Il participe de la cohésion entre les citoyen·ne·s à travers une vision forte du vivre-ensemble. Or, il a perdu une partie de son sens dans une société de consommation où tout s’achète. La notion d’adhésion à une association (et donc à son projet) est parfois dévoyée. Pourtant, vit-on la même chose dans un club où bénévoles et professionnel·le·s animent une vie collective, et dans une structure lucrative où l’on se contente principalement de taper dans un volant ? Ce volant est notre motivation première pour nous dépenser, il est aussi pourvoyeur d’émotions et de rencontres inattendues.

Un certain nombre d’entre vous ont ainsi rejoint une association en 2019 et/ou en 2020. Vous avez réglé à ce titre une cotisation qui se décompose en plusieurs parts : 

  • Une adhésion à votre club dont le montant est à la discrétion de votre assemblée générale
  •  Une licence fédérale de 26.57€ qui finance le badminton français à travers :
    •  Des actions de plaidoyer régulières depuis notre élection le 12 décembre auprès des institutions telles que : 
      • Le directeur de cabinet de la ministre déléguée aux sports les 17/12 et 11/01 
      • Les député·e·s de la majorité les 08/01 et 05/03  La ministre déléguée aux sports le 22/01
      •  Le directeur des sports du ministère le 01/02  Le directeur de l’Agence Nationale du Sport le 01/02
      •  La presse en conférence commune avec les sports d’intérieur le 25/02
      •  Le conseiller « sport » du Premier Ministre le 09/0
    • Des actions de formation :
      •  Des technicien·ne·s qui vous aident à progresser pour toujours plus de plaisir sur le terrain et pour vous amener à votre meilleur niveau
      •  Des dirigeant·e·s de vos clubs qui œuvrent pour améliorer vos conditions de pratique et créer cette alchimie entre les membres de l’association, pour vous faire vivre une vraie aventure humaine au cours de la saison.
      •  D’officiel·le·s techniques pour garantir le bon déroulement des matches et des compétitions.
    • Des actions de communication pour diffuser la culture de notre sport o
    • Des actions d’animation du réseau des acteurs et actrices du badminton
    •  Des actions d’ingénierie pour fournir aux clubs des outils (dispositifs jeunes ou séniors, personnes en situation de handicap, outils numériques de gestion, …) FÉDÉRATION FRANÇAISE DE BADMINTON – LETTRE AUX LICENCIÉ·E·S – PAGE 2
    •  Des actions d’accompagnement de nos badistes de haut niveau qui assurent une meilleure visibilité de notre sport et renforcent notre crédibilité (comme ce fut le cas avec le titre de Delphine et Thom au Swiss Open le 7 mars), notamment dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.
    • Une part dédiée aux ligues régionales (au maximum 21.95€) et une dédiée aux comités départementaux (au maximum 15€) qui financent le développement territorial de votre sport.

 

Retrouver l'ensemble dans la lettre associée à cette article.

Document associé

  1. pdf

    Lettre aux licenciés

    Lettre aux licenciés par Yohan Penel, président de la fédération française de badminton.

    Télécharger le document

Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.
Envie de participer ?